Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

L'agenda du Bas-Rhin avec Foxoo
foxoo    twicards   guide_twitter   tendances   revue_de_presse   top_vidéos    rdv_médias
FranceBas-Rhin  Annoncez vos évènements 
Vos évènements relayés sur Twitter !  Mode d'emploi

Votre proposition de


Copiez-collez ci-dessous le code du lecteur exportable d'un site de partage vidéo comme Youtube, Dailymotion,etc ...

Vous pouvez ajouter un texte d'explication avant ou après le code du lecteur vidéo, ou un lien vers votre site web.

Code antispam : 6483 > Recopier le code à 4 chiffres >>>



 

Le mardi 10 avril 2018 à Strasbourg.

Alexandre Roccoli / Cie A Short Term Effect - Weaver Quintet

Coproduction l'A-CDCN / France / 3 danseuses + 1 musicienne / Durée : 75'
Chorégraphie : Alexandre Roccoli
Danseuses Vera Gorbacheva, Daphné Koutsafti, Juliette Morel
Musique live : Deena Abdelwahed

Amoureux des gestes, notamment ceux qui émanent du travail, Alexandre Roccoli s’attache à leur survivance, à leur présence dans l’imaginaire collectif. Ainsi, Weaver-quintet interroge la mémoire et l’oubli, la culture des ouvrières tisserandes et les troubles de la maladie d’Alzheimer ou du tarentulisme.

Devenu chorégraphe, Alexandre Roccoli n’a pas oublié ses origines sociales et la souffrance dans les milieux ouvriers. Aussi ses créations s’attachent-elles à ces sujets. Depuis Empty picture (2013), en passant par Longing (2014), Weaver Raver (2015) et différents ateliers, le chorégraphe a réuni la matière d’une trame visuelle et sonore sur le monde tisserand. Entre l’Italie, le Maroc et la France, il a recueilli les témoignages de ceux qui perpétuent cette mémoire ouvrière menacée par l’automatisation des pratiques dans les sociétés industrielles. Il poursuit cette démarche dans Weaver-quintet qui entrelace histoires personnelles et récits collectifs, légendes du passé et témoignages d’aujourd’hui. Le motif du métier à tisser, la qualité soyeuse des étoffes imprègnent le plateau. L’élégance des danses de femmes, les subtiles pénombres qui les enveloppent entretiennent l’envoûtement. La magie de cette pièce est aussi cette étonnante faculté de revisiter la tradition sur tous les plans inclus la musique live — alliage de sons, de musiques traditionnelles et d’électro –et de réinvestir le folklore et la transe de la tarentelle. Le chorégraphe trouvant à répondre à l’ancien par le nouveau.

Réservation : EMAIL / 03 88 39 23 40
Débute à 19H00
1 rue de Bourgogne, 67 strasbourg