Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

L'agenda du Bas-Rhin avec Foxoo
foxoo    twicards   guide_twitter   tendances   revue_de_presse   top_vidéos    rdv_médias
FranceBas-Rhin  Annoncez vos évènements 
Vos évènements relayés sur Twitter !  Mode d'emploi

Votre proposition de


Copiez-collez ci-dessous le code du lecteur exportable d'un site de partage vidéo comme Youtube, Dailymotion,etc ...

Vous pouvez ajouter un texte d'explication avant ou après le code du lecteur vidéo, ou un lien vers votre site web.

Code antispam : 4070 > Recopier le code à 4 chiffres >>>



 

Du 21 au 22 mars 2018 à Strasbourg.

Ali Moini / Cie Selon l'Heure - Man anam ke rostam bovad pahlavan

Présenté avec le TJP CDN d'Alsace, dans le cadre des Giboulées, Biennale internationale Corps-Objet-Image / Iran / Solo / Durée : 60’
Concept et Interprétation : Ali Moini

Avec son titre en farsi issu d’un proverbe populaire iranien, la création d’Ali Moini ajoute une pierre à sa démarche artistique oscillant entre rituels et mondes urbains. Tels deux insectes pris dans une toile d’araignée, le performer et sa marionnette métallique se livrent à un étrange dialogue de corps en suspens dans l’espace.
Un premier solo, My Paradoxical Knives créé en 2008 a fait sa réputation sur les scènes internationales. Ali Moini poursuit son questionnement sur les formes de violences voilées qui traversent nos sociétés dans Man anam ke rostam bovad pahlavan. Comprendre : « C’est par Rostam que j’hérite de ma gloire ». Et le performer d’expliquer que Rostam est un héros de la mythologie perse. Quand au proverbe qui donne son titre au spectacle, il utilise cette figure pour dénoncer l’usurpation que l’ont peut faire d’un succès en cherchant à mimer les qualités ou les forces d’une personne qui ne nous appartiennent pas. »
Relié par un système de poulies mécaniques à un squelette métallique à taille humaine, Ali Moini entre en conversation. Troublants sont ses gestes comme ses mots. Il est question de volonté, de violence, de colère, d’affection, de fidélité, d’acceptation. Entre la marionnette et lui tout se trouble, on ne sait plus bien qui impulse le mouvement, qui est le sujet ou l’objet. Cette indistinction des rôles inquiète, dérange et réjouit à la fois. Entre avatar et identification le performer interroge la notion de double.

Réservation : EMAIL / 03 88 39 23 40
Débute à 20H30
1 rue de Bourgogne, 67 strasbourg